Approche ostéopathique

Principes

L’approche ostéopathique – traitement, mais aussi la prévention.
L’ostéopathie cherche à optimiser le fonctionnement du corps et à préserver la santé de chacun. Elle considère que le corps humain forme un ensemble, qui ne doit pas être simplement ‘découpé en petit morceaux’ (pour exemple, en ‘une cheville’, ‘un cou’ ou ‘une épaule’), pour un traitement quelconque, dès lors qu’il existe un dysfonctionnement.
Vu que l’ostéopathe considère que le corps forme une entité globale, il s’ensuit que l’endroit du corps où les symptômes apparaissent peut être différent de celui qui génère le problème. Ceci s’explique ainsi: il existe une continuité des tissus du corps et un équilibre des tensions exercées sur le corps. Par suite logique, si une tension anormale se trouve dans un des tissus, elle ne peut qu’être répercutée et transmise aux autres tissus. L’endroit où se manifestent les douleurs consiste simplement au maillon faible de la chaîne des tissus de l’individu.
L’ostéopathe considère que le corps est capable de faire face aux défis du quotidien à partir du moment qu’il n’existe pas de barrières à la mobilité (que ce soit au niveau des articulations, des muscles, des ligaments, des organes ou bien au niveau de la circulation du sang, de la fluide lymphatique ou des signaux nerveux).

Pour qui ?

L’Ostéopathie a de la valeur pour chacun, qu’il soit nourrisson, enfant, adulte, âgé ou sportif (y compris la femme enceinte).

Diagnostic

Un diagnostic ostéopathique s’établit à partir de l’analyse des informations données à travers les étapes suivantes :
Le descriptif de vos douleurs ; comment et quand elles sont apparues, (si vous arrivez à l’identifier), votre historique et vos antécédents à de ce type de douleur (s’il y en a), votre historique médicale, votre profession, votre mode de vie et vos passe-temps. L’ensemble de ces éléments permet de comprendre les forces et les contraintes qui ont été imposées à votre corps.
Des tests ostéopathiques et éventuellement médicaux.
La palpation des zones douloureuses du corps et de celles qui y sont liées. La palpation constitue l’outil suprême de l’ostéopathe. Elle permet à l’ostéopathe d’identifier les dysfonctionnements de mobilité corporelle par le toucher.
RAPPEL le but de l’ostéopathe est de prévenir ou de remédier à des troubles fonctionnels du corps humain et donc de limiter les risques de récurrence de ceux-ci

Traitement

Le traitement ostéopathique mobilise les défenses naturelles du corps.
Les ostéopathes pratiquent des manipulations et mobilisations musculo-squelettiques et myofaciales directes et indirectes. Ces manipulations sont appliquées de manière précise, et leur succès ne relèvent aucunement de l’utilsation de force démesurée. Certaines techniques ostéopathiques (y compris l’ostéopathie crânienne) sont extrêmement douces, mais sont également puissantes. Le protocole de traitement et donc le choix des techniques utilisées, est adapté à chaque patient, suite au diagnostic établi, et il est modifié en fonction de l’âge et de la morphologie du patient. Ceci veut dire que deux individus peuvent avoir deux traitements complètement différents, même s’ils se plaignent tous les deux de symptômes qui ont l’air similaires, une fois que leurs historiques personnels et médicaux ont été pris en compte.
Le traitement ostéopathique réussi peut diminuer, voir éliminer la prise de médicaments et peut parfois écarter ou retarder le besoin de procédures chirurgicales. L’ostéopathe préfère mobiliser les défenses naturelles du corps .

Combien de séances

Le nombre de séances requises dépendra entièrement de votre diagnostic ostéopathique, vos douleurs et depuis quand vous les avez, ainsi que votre style de vie et votre historique médicale. Votre ostéopathe discutera avec vous votre plan de traitement dès la première séance. Pour donner une idée générale, une à trois traitements pourront suffire à traiter un problème neuf ou récent, pour quelqu’un qui est en bonne santé. Par contre, remédier ou alléger des problèmes de longue date, peut demander davantage de traitements. Il se peut même qu’il soit préférable que vous voyez votre ostéopathe de manière régulière (tous les 1 à 3 mois) afin de minimiser vos symptômes si ceux-ci résultent des conditions irréversibles.

HISTORIQUE

L’Ostéopathie a été fondée en 1874 par Andrew Taylor Still, un médecin américain, qui était désenchanté par l’inefficacité de la médecine de son époque. Andrew Taylor Still, notamment, croyait que le corps humain n’a souvent besoin que d’un simple coup de main afin de se soigner de beaucoup de maux, plutôt que des médicaments (et surtout ceux de son époque).
L’Ostéopathie en Europe a débuté à Londres, en 1917, avec la création de la British School of Osteopathy par John Martin Littlejohn, qui fut auparavant un des premiers élèves de Still aux Etats-Unis. En France, le docteur Robert Lavezarri, formé par un élève de Still, le docteur Florence Gair, fut le premier à attirer l’attention vers l’ostéopathie. Lavezarri publia un ouvrage en 1949 sur l’ostéopathie : Une nouvelle méthode clinique et thérapeutique: L’ostéopathie.

LA LOI

En France, les ostéopathes obéissent au décret n°2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d’exercice de l’ostéopathie.
L’ostéopathie est reconnue depuis 1993 en Grande-Bretagne. Chaque ostéopathe britannique fait partie d’un registre national géré par l’autorité de tutelle, le Conseil Général de l’Ostéopathie (General Osteopathic Council).